Le rôle d’un développeur full stack

Un développeur full stack est un développeur capable de gérer les parties back et front d’un projet de développement. Il apporte une expertise technique complète, à toutes les étapes d’un projet de développement web, de la conception à la création. C’est un profil très recherché dans les petites entreprises, en particulier dans les start-up, où le développeur full stack peut tenir le rôle de développeur back-end et front-end à la fois. Quelles compétences sont nécessaires à un développeur full stack ?

Les compétences du développeur full stack

Tout d’abord, le développeur full stack est amené à régulièrement gérer à la fois le développement front-end et back-end d’un projet. Il doit donc faire preuve de polyvalence pour intervenir simultanément sur la partie non accessible aux utilisateurs (serveur, base de données) et sur l’interface graphique en elle-même. Cette dualité inhérente à son métier exige de lui qu’il dispose de connaissances en expérience/interface utilisateur (UX/UI), mais aussi qu’il sache rapidement solutionner des problèmes techniques.

Le développeur full stack est donc un profil généraliste. Dans ce type de poste, être autodidacte n’est pas un problème. Cela peut même être considéré comme un plus, puisque le métier exige du candidat de se former en continu sur de nouveaux langages ou de nouvelles technologies. La curiosité est donc l’un des soft skills essentiels pour devenir développeur full stack.

Maîtriser les différents langages web est l’une des conditions premières pour un développeur full stack. Celui-ci devra évidemment connaître les langages de base tels que HTML, CSS, JavaScript pour la partie front-end, PHP, Ruby, Python ou encore SQL pour la partie back-end, mais aussi les différents frameworks les plus utilisés, comme Angular ou Vue.js. Si certains profils développent une expertise dans un langage en particulier, l’objectif d’un développeur full stack est d’en maîtriser un certain nombre afin de s’adapter à tous les types de projet.

Côté back-end, le développeur full stack doit être capable de dialoguer avec une base de données, via les langages appropriés. Il doit aussi manier des API pour communiquer avec des sites distants. C’est une compétence qui lui permet d’être le garant de la sécurisation des données des utilisateurs, et donc de s’occuper de la maintenance du site ou de l’application mobile.

Côté front-end, il doit être sensible à l’ergonomie de l’outil et à l’expérience utilisateur dans son ensemble, afin de créer un produit fonctionnel pour l’utilisateur final. L’architecture de l’information fait partie des sujets auxquels il s’intéresse et sur lesquels il s’informe en dehors des projets.

Enfin, le développeur full stack doit faire preuve d’une grande capacité à travailler en équipe. Généralement, il est en collaboration avec d’autres développeurs :

  • Full stack.
  • Front-end.
  • Back-end.
  • Intégrateurs.

Il peut donc, au besoin, compter sur les compétences des profils spécifiques. Travailler avec d’autres profils lui demande de prendre en compte que son code sera lu et exploité par d’autres. Ce qui veut dire que, même s’il est fonctionnel, il devra être écrit de manière à être compris facilement par tous les acteurs du projet.

Dans les plus petites entreprises, le développeur full stack peut être amené à prendre le rôle de « couteau suisse » du développement. Cette configuration lui demande d’être extrêmement rigoureux et organisé pour intervenir sur des problèmes multiples.

Malgré tout, il semble que la définition de « full stack » dépasse la réalité du terrain. Si le titre « développeur full stack » est de plus en plus utilisé par les recruteurs, il est impossible pour un développeur de maîtriser l’ensemble des langages qui existent aujourd’hui, et qui continuent de voir le jour.

De même, un développeur full stack peut avoir plus de facilités à utiliser un langage plutôt qu’un autre. Soit parce qu’il a auparavant été développeur back-end ou front-end, ou bien parce que les besoins de l’entreprise dans laquelle il travaille se sont portés sur une technologie plutôt qu’une autre. Pour certains professionnels, l’appellation « full stack » n’a pas de sens en elle-même. Pour autant, elle se voit de plus en plus plébiscitée.

Pour aller plus loin, téléchargez ce guide d’introduction aux langages HTML et CSS pour les marketeurs et découvrez les définitions, les différences et les éléments de code de base de ces deux langages de programmation pour gérer votre site web. 

Guide d'introduction aux langages HTML et CSS


Lire l’article sur le site Source

Ajouter un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *